X

Voyage : que faire lorsque nos oreilles se bouchent en avion ?

Si vous avez déjà pris l’avion, vous reconnaîtrez ces sensations qui surviennent lors du décollage – votre tête semble lourde, vos oreilles se bouchent, et vous ressentez une douleur liée à une forte pression et enfin vos oreilles finissent par se déboucher d’un coup avec un « pop » libérateur. Mais pourquoi nos oreilles se bouchent-elles en avion et comment éviter ce phénomène ?

Les oreilles sous pression

Nous avons dans chaque oreille un canal, appelé « trompe d’Eustache », qui relie l’oreille moyenne à l’arrière de la gorge. Ce canal a pour rôle de stabiliser la pression de l’air entre notre nez et l’oreille. Autrement dit, entre l’intérieur et l’extérieur de notre oreille. Lorsque la pression extérieure change rapidement, comme lorsque nous nous trouvons dans un avion, en apnée ou en montagne, la trompe d’Eustache peut se bloquer. Elle s’adapte difficilement, ou trop lentement, au changement soudain de pression.

Notre tympan, lui, se déforme selon les variations de pression. En avion, au moment du décollage, le tympan se dilate vers l’extérieur du fait d’une pression intérieure de l’oreille supérieure à la pression extérieure. L’inverse se produit à l’atterrissage – la pression extérieure est plus forte que celle dans l’oreille, ce qui dilate le tympan vers l’intérieur. Ce sont ces phénomènes qui nous donnent la sensation d’entendre moins bien, nous bouchent les oreilles, et peuvent provoquer une douleur plus ou moins forte.

L’effet « pop » libérateur évoqué plus haut dans l’article n’est rien d’autre que la réouverture de la trompe d’Eustache, permettant de rééquilibrer la pression. Audition et confort retrouvés !

Alors, que faire pour éviter que nos oreilles ne se bouchent ?

Quelles solutions ?

Le meilleur moyen d’éviter que vos oreilles ne se bouchent, ou de les déboucher, est de stimuler les muscles de l’arrière de votre gorge qui contrôlent la trompe d’Eustache, en bâillant ou en déglutissant par exemple. Si vous ne pouvez pas bâiller sur commande, mâchez un chewing-gum ou un bonbon dur, ce qui permet de déglutir plus souvent.

Il existe aussi une autre pratique, la manœuvre de Valsalva. Celle-ci consiste à rééquilibrer la pression en se pinçant le nez et fermant la bouche, tout en expulsant de l’air, comme si vous souffliez, tout en douceur. Chez les enfants et les bébés, la douleur auditive associée au changement de pression peut être plus forte que chez les adultes. Leur trompe d’Eustache étant plus courte, étroite et plus horizontale que celle d’un adulte, il est souvent plus difficile pour eux de rééquilibrer la pression. Pendant le vol, n’hésitez pas à donner un biberon ou une tétine aux bébés, une sucette ou de l’eau aux jeunes enfants, pour encourager la déglutition et réduire ainsi la pression.

Restez prudent

Si malgré vos efforts vos oreilles restent bouchées pendant plus de 24h, consultez votre médecin car une infection de l’oreille, une perforation du tympan, voire dans certains cas une perte auditive sont des risques à considérer.

Heureusement, dans la grande majorité des cas, les effets de la variation de pression en avion disparaissent peu de temps après le retour au sol.

Un avion à prendre prochainement ?
Vous avez désormais toutes les cartes en main pour vivre votre vol confortablement et sans pression ! Bon voyage !